Actions po(li/é)tiques

Pendant toute la durée du confinement se pose la question « comment agir une fois dehors ? ». Le collectif Les Bienheureux·ses décide d’agir poétiquement et politiquement dans l’espace public.

Pochoir dessiné par Benoit H. lors de l’une des 3 sessions d’atelier politique et poétique.

La situation politique et sociale préoccupe en effet les bienheureux.ses : le confinement a nécessité un dispositif policier tentaculaire, mis en oeuvre sans sourciller par un gouvernement devenu coutumier du fait, dans la droite lige de la répression systématique des mouvements sociaux. Socialement, les plus précaires sont soit les premiers touchés par la baisse d’activité due au Covid-19, soit en première ligne pour faire fonctionner l’hôpital, l’Etat et l’économie, quoi qu’il en coûte.

Toutefois, les actions politiques et poétiques des Bienheureux.ses restent à un stade embryonnaire et se limitent à une série de pochoirs exécutés au cours de quelques ateliers.

La principale action politique des Bienheureux sera la création d’A-cube, atelier d’architecture à vocation révolutionnaire tant sur le plan pédagogique qu’architectural.